Les principes fondamentaux de la Sophrologie

Le principe d’action positive

« Toute action positive dirigée vers la conscience se répercute positivement sur tous les éléments psychiques. »

Considérée comme « L’école du positif de l’être », la Sophrologie met en valeur et dynamise le vécu positif.
Qu’il’ s’agisse de mots, de pensées, d’images, de sensations, de ressentis ; qu’ils soient du présent, du passé ou du futur,  tout ce qui est agréable est mis en avant, activé.

Le négatif n’est ni ignoré ni occulté, il est mis entre parenthèses.

Par la répétition, l’entrainement, cette recherche du positif avant le négatif devient une attitude de vie au quotidien.

Le principe du schéma corporel comme réalité vécue

« La conquête du corps est la conquête de l’esprit. »

Notre corps est le support de notre esprit, de nos émotions, tout passe par lui et s’y inscrit.

Ce principe est celui de la corporalité, nous avons tous une sensation et une représentation de notre corps dans tous ses aspects :

  • Spatial, physique, physiologique
  • Émotionnel, psychique
  • Intellectuel, social

Cette représentation de notre schéma corporel n’est pas figée, elle est évolutive.

La pratique de la Sophrologie la développe dans le lien qui se crée à travers la « Vivance » du corps, dans ce qui est senti, ressenti, vécu  dans notre corps ‘tel qu’il est’, au-delà de sa représentation mentale.

Le principe de réalité objective

« Chacun vit sa propre expérience, sa propre réalité objective. »

Ceci implique la suspension du jugement, un regard porté sans a priori sur soi-même et sur les autres, tant pour la personne pratiquant la Sophrologie que pour le Sophrologue.

C’est aussi une façon de s’adapter au plus juste à notre environnement, en prenant en compte notre propre réalité et celle de notre entourage.

Le principe d’adaptabilité

Le Sophrologue adapte les techniques, les programmes à la réalité de chaque personne et aux circonstances.

C’est aussi l’adaptation des techniques de Sophrologie dans le quotidien de la vie.