Définition et sources de la Sophrologie

La Sophrologie est crée en 1960 par le Professeur Alfonso Caycedo.

Né en 1932 en Colombie, le Professeur Caycedo est médecin, chirurgien et neuropsychiatre.

C’est en Espagne, où il exerce, qu’il crée le terme de Sophrologie.
Formé de trois racines grecques, il se traduit étymologiquement par « Etude de la conscience en harmonie » :

  • SOS : Harmonie, tranquillité, sérénité
  • PHREN : Conscience, esprit
  • LOGOS : Etude, science

Il s’agit à ce moment là d’une école scientifique de recherche sur la conscience, née de son expérience de l’hypnose auprès de ses patients et de sa curiosité à comprendre la conscience humaine et ses possibles modifications.

Peu après, sa rencontre avec la Phénoménologie auprès du Professeur Biswanger marque les prémices de la méthode originale qu’il va construire et enrichir durant plusieurs dizaines d’années.

Outre la neurologie, la psychiatrie et la philosophie phénoménologique, il s’inspire des pratiques orientales (le Yoga Indien, le Zen Japonais, le Bouddhisme Tibétain), de la psychologie (Freud, Jung), des techniques de relaxation occidentales (Jacobson, Schultz) et met au centre du processus la respiration.

En 1992, le Professeur Caycedo définit la Sophrologie comme «La science de la conscience et des valeurs de l’existence ».

Crée par des médecins dans une approche scientifique médicale, la Sophrologie s’est ouverte aux domaines socio-prophylactiques. Elle est aujourd’hui présente dans de nombreux champs d’application : médical et paramédical, social, éducatif, sportif et préventif y compris en entreprise.

La pratique de la Sophrologie est accessible à tous, au quotidien, à tout moment de sa vie.